Avant-Propos de l’évangéliste Tairou :

photo-tairou2L’Éternel avait désigné par leurs noms ceux qui auraient la charge de partager le pays entre les tribus d’Israël : il s’agit du Souverain sacrificateur Eléazar et de Josué (Nombres 34:16-29 et Josué 13:7-8). 45 ans plus tard Moïse n’était plus vivant. Les fils de Juda s’avancent à présent vers eux pour recevoir leur lot et le prince Caleb était au-devant de toute réclamation.

Pendant plus de quarante ans, Caleb a attendu ce moment. Il a marché dans le désert avec le peuple, soutenu par son espérance. Il s’est appuyé sur les promesses de Dieu et maintenant il les rappelle à Josué : «Donne-moi cette montagne dont l’Éternel a parlé» (Josué 14:12). Exemple magnifique de la persévérance de la foi ! Mais il y a encore autre chose à admirer chez Caleb : Ma force, dit-il, n’a pas changé. À quatre-vingt-cinq ans je suis aussi fort qu’à quarante.

Quel était le secret de Caleb ? Esaïe 40:31 nous révèle que «Ceux qui s’attendent à l’Éternel renouvelleront leur force… ils marcheront et ne se lasseront  pas». Par cette force divine, Caleb était  un vieillard par l’âge, mais un jeune homme par la vigueur ; et il va maintenant s’emparer d’Hébron et abattre la force humaine des fameux Anakim, ces géants qui avaient autrefois tant effrayé le peuple. Oui, «bienheureux l’homme dont la force est en toi… Ils marchent de force en force» (Psaume 84:5, 7).

Comme Caleb, nous attendions ce moment. Nous avons marché dans la vision depuis 2006 (date du début de notre ministère), cherchant comment apporter l’évangile aux peuples de notre ancienne religion, l’Islam. Nous étions réconfortés par les promesses de l’Eternel qui sont dans :

  • le Psaume 22:28 « Toutes les extrémités de la terre penseront à l’Eternel et se tourneront vers lui ; Toutes les familles des nations se prosterneront devant ta face. »
  • le Psaume 2:8 « Demande-moi, et je te donnerai les nations pour héritage, et pour possession les extrémités de la terre. »

Nous nous appuyons sur ces promesses de l’Eternel et maintenant nous les rappelons à l’Eternel en lui disant «  DONNE-MOI CETTE MONTAGE ».

En effet notre montagne c’est bien le salut des peuples non atteints (les peuples de notre ancienne religion). Eux aussi doivent entrer au paradis en confessant Jésus comme leur Seigneur et Sauveur personnel. Mais comment seront-ils sauvés s’il n’y a personne pour leur prêcher l’évangile ?

image1